Sommet de la santé : dialogue amorcé mais pas de mesures marquantes (Atmedica) » Webdent

Sommet de la santé : dialogue amorcé mais pas de mesures marquantes (Atmedica)

Le " Grenelle de la Santé " organisé le 25 janvier par Mme Guigou se situe dans un contexte d'augmentation accélérée des dépenses de santé et juste après la publication dans Le Journal officiel du 23 janvier de la prise en charge des scellements de sillons et des inlay-cores par l'assurance-maladie.

Selon Le Quotidien du Médecin du 22 janvier ". Les dépenses d'assurance-maladie ont progressé de 5,9 % en 2000 pour un objectif fixé initialement par le Parlement à 2,5 %. Une croissance record qui, comme le souligne la CNAM, est bien supérieure à celle des deux dernières années (3,1 % en 1999 et 4,3 % en 1998)... Avec une progression de 7,7 % pour les trois régimes d'assurance-maladie, les soins de ville enregistreraient donc un dépassement de 17 milliards de F par rapport à l'objectif fixé en progression de 2 %... Ce sont les prescriptions, notamment de médicaments, qui ont le plus fortement contribué à alourdir la facture l'an dernier. Les remboursements de médicaments seraient en hausse de 11,8 % par rapport à 1999, alors que les honoraires médicaux et dentaires augmentaient de 5,2 % et les indemnités journalières de    8,8 % ".

D'après La Tribune du 26 janvier, " Élisabeth Guigou a reçu les professionnels de santé. Elle a rejeté le moratoire demandé par les médecins sur les sanctions financières, mais elle s'est dite prête à un accord sur un système alternatif de régulation... Le malaise des professionnels libéraux est manifeste, a souligné la ministre de l'Emploi et de la Solidarité en donnant le coup d'envoi de la concertation avec les professionnels de santé. Pas moins d'une cinquantaine de participants était conviée afin de renouer un dialogue mis à mal depuis des mois. Le fait que la réunion ait insisté sur la nécessité de partager les responsabilités a plutôt contribué à rassurer les participants, mais ils restent inquiets : discuter est une chose, prendre des décisions en est une autre ". Pour Le Monde " Nous devons prolonger cette réunion de diagnostic par un travail de propositions confié à des personnalités de qualité et indépendantes, explique l'entourage de la ministre. Consciente du sentiment d'insatisfaction générale la CNAM est partante pour une remise à plat du système, assure son président Jean-Marie Spaeth. Mais l'unité étant la dernière caractéristique du secteur, il y a divergences sur les solutions ". On attend maintenant les prises de position officielles de la CNSD et de l'UJCD.

Feront-elles mentir l'augure du quotidien du soir ?